Rétrospective

ROMY SCHNEIDER (Prolongations)

Romy Schneider est née en 1938. Dans sa première carrière, sous l'influence de sa mère Magda, actrice elle même, elle apparaît comme la jeune héroïne fraîche de films romantiques : C’est l'ère des Sissi.

Shôhei Imamura

Shôhei Imamura (1926-2006) est l’un des rares cinéastes, et le seul Japonais, à avoir obtenu deux palmes d’or au festival de Cannes. La première, en 1983, pour La Ballade de Narayama, et la seconde pour L’Anguille, en 1997.

Le Cinéma français sous l'occupation

Alors que pendant l'Occupation allemande tout manquait, électricité, argent, matériaux pour faire des décors et des costumes, que nombre de ses "génies" (Renoir Ophuls, Duvivier etc.) étaient partis, le cinéma français ne s'est que rarement aussi bien porté … Ce n'était certes pas le paradis, la pression de Vichy, de la Gestapo, de la censure, étaient perceptibles, mais furent produits durant cette période plus de 200 longs métrages de fiction. Dont quelques chefs d'oeuvre et presque aucun film antisémite ou xénophobe. Et tous furent accueillis par une fréquentation record.

Leo McCarey

Leo McCarey (1896-1969) croyait au cinéma, plus particulièrement à celui qui fait rire (beaucoup) et pleurer … Il a inventé le couple Laurel et Hardy et dirigé leurs courts métrages les plus délirants, il a signé la comédie américaine la plus pure (Cette sacrée vérité, avec Cary Grant et Irene Dunne).

Hommage à Francis Reusser

Jeudi 29 novembre 2018, les Cinémas du Grütli ont reçu le cinéaste suisse Francis Reusser pour une avant-première de son dernier film La Séparation des Traces. Cette sortie offre l’occasion de revoir trois de ses films notables: Seuls, qu’il réalisa en 1981 et qui ressort aujourd’hui dans une magnifique version numérisée et restaurée, Quatre d'entre elles, oeuvre collective réalisée en 1968 avec Claude Champion, Jacques Sandoz et Yves Yersin, ainsi que Vive la Mort (1969). 

Sergio Leone

Le Western était donné pour mort quand un cinéaste italien de péplums, dénommé Sergio Leone, le sortit de la tombe. Pour ce faire, il fit une révolution. Il s'appuya sur une dose de réalisme en plus : les histoires qu'il raconta avaient plus à voir avec la vérité historique qu'avec les contes pour chrétiens blancs que fabriquaient ses prédécesseurs états-uniens. Il retira une dose de naturalisme en épurant son style jusqu'aux limites du permis.

Pages