L'Homme de Rio

Philippe de Broca - France, Italie - 1964 - vost - 112' - Couleurs - Numérique

Le deuxième classe Adrien Dufourquet est témoin de l'enlèvement de sa fiancée Agnès, fille d'un célèbre ethnologue. Il part à sa recherche, qui le mène au Brésil, et met au jour un trafic de statuettes indiennes.

Critique

Philippe de Broca réalisa ici son film le plus célèbre. Avec trois scénaristes et pas des moindres - Jean-Paul Rappeneau, futur cinéaste, Ariane Mnouchkine qui démarrait à l’époque l’aventure du Théâtre du Soleil, et Daniel Boulanger, par ailleurs dialoguiste et acteur occasionnel -, il nous emmène dans une aventure picaresque que n’aurait pas reniée Hergé.

(...) Cette aventure rocambolesque, qui n’a d’autres prétentions que de divertir, permet à l’acteur de multiplier les prouesses physiques : roulant à moto en ville à tombeau ouvert, pendu à la fenêtre d’un hôtel, dégringolant d’un immeuble en construction, sautant en parachute, participant à une énorme bagarre générale.

L’histoire touffue ne laisse pas une minute de répit au spectateur. Les séquences s’enchaînent à une vitesse stupéfiante, rappelant tout autant certaines bandes dessinées (Tintin, bien sûr) et les films burlesques muets. Bien que rien ne soit sérieux dans les tribulations des personnages, la mise en scène est d’une précision constante et exemplaire, en maintenant un récit haletant qui ne faiblit pas une minute.
Le couple formé par Jean-Paul Belmondo et Françoise Dorléac s’intègre parfaitement dans cette aventure totalement improbable. Face à Bébel, Françoise Dorléac campe une jeune femme capricieuse, imprévisible et qui ne s’étonne de rien. Elle est capable pour tromper l’ennui (!) d’aller danser la salsa avec des inconnus, pendant que le héros risque encore une fois sa vie pour elle.

Après plus de 55 ans, L’homme de Rio reste un modèle de comédie d’aventures à la française, qui n’a rien à envier aux productions des Américains, spécialistes du genre.

Fabrice Prieur, aVoir aLire

Projeté dans le cadre de

Du 20 Octobre 2021 au 19 Novembre 2021
Du 20 octobre au 19 novembre 2021
« Avec la tête qu'il a, il ne pourrait jamais prendre une femme dans ses bras, car cela ne serait pas crédible ». Comme quoi on peut se tromper, même lorsqu’on est professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique.