Il était une fois en Amérique

Sergio Leone - Etats-Unis, Italie - 1984 - vost - 253' - Couleurs - Numérique

Il était une fois deux truands juifs, Max et Noodles, liés par un pacte d'éternelle amitié. Débutant au début du siècle par de fructueux trafics dans le ghetto de New York, ils voient leurs chemins se séparer, lorsque Noodles se retrouve durant quelques années derrière les barreaux, puis se recouper en pleine période de prohibition, dans les années vingt. Jusqu'au jour où la trahison les sépare à nouveau.

Critique

Sergio Leone mettra plus de vingt ans à concrétiser ce projet auquel il s'est intéressé après avoir fini son premier film, Le Colosse de Rhodes. Il devra attendre d'être passé par la case roi du western spaghetti avant de mettre en scène, entre juin 1982 et avril 1983, cette fresque sur la mythologie du cinéma autant que sur celle de l'Amérique. 

Un des plus beaux du monde. Dont il faut voir la version de 3 h 49 voulue par Leone et qui ressort aujourd'hui en salles. Tout y est sublime : Robert De Niro fumant de l'opium, la musique d'Ennio Morricone, la mort de Dominic, et la scène de la sonnerie du téléphone... 
 
Eric Libiot, L'express
 
Ce qui passionne (…) dans le film, outre sa maîtrise, et qui rend vivant et riche un tel projet, ce sont ses contradictions : entre la minute de la reconstitution historique et le caractère mythique de l'histoire ; entre l'abondance des détails d'enfance et le gommage des figures parentales ; entre le style de mise en scène opératique et l'intégration d'éléments (...) imprévisibles, comme le jeu (...) du génial Robert De Niro. Cahiers du cinéma 359, mai 84
 
Michel Chion, Les cahiers du cinéma

Projeté dans le cadre de

Du 28 Janvier 2019 au 12 février 2019
Le Western ressuscité
Le Western était donné pour mort quand un cinéaste italien de péplums, dénommé Sergio Leone, le sortit de la tombe. Pour ce faire, il fit une révolution.