Clash

Mohamed Diab - Egypte, France - 2016 - vost - 97' - Couleurs - Numérique

Le Caire, été 2013, deux ans après la révolution égyptienne. Au lendemain de la destitution du président islamiste Morsi, un jour de violentes émeutes, des dizaines de manifestants aux convictions politiques et religieuses divergentes sont embarqués dans un fourgon de police. Sauront-ils surmonter leurs différences pour s'en sortir ?

Critique

Un film en huis clos, métaphore et métonymie tout à la fois de l’Égypte d’aujourd’hui et des ratés de sa révolution.

Le Dauphiné Libéré

Comment avez-vous choisi les personnages qui allaient peupler votre histoire?
Nous y avons passé beaucoup de temps, mon frère et moi. Nous avons écrit treize versions du scénario. Nous avons pensé à des gens que nous connaissions et à des Egyptiens lambda. Nous voulions mélanger plusieurs visages de l’Egypte. Mais il ne s’agit pas pour autant d’un «panel» au sens sociologique: la proportion entre les Révolutionnaires et les Frères musulmans est moins équilibrée dans la vraie vie... Les premiers personnages sont évidemment le journaliste et son photographe. Le premier est inspiré de Mohamed Fahmy, un journaliste égypto-canadien qui travaillait pour Al-Jazeera et qui a passé un an et demi en prison, avant d’attaquer la chaîne qui l’avait laissé tomber. Dans le film, il est devenu égypto-américain, c’était une manière de parler de la xénophobie de plus en plus forte en Egypte, de la théorie du complot étranger qui devient permanente. Zein, le photographe, est inspiré de Mahmoud Abou Zied, dit Shawkan, qui couvrait les manifs pour un journal égyptien et qui est en prison depuis presque trois ans maintenant. Shawkan était du côté de la Révolution, mais dans ces jours-là, tout le monde pouvait se faire arrêter, et a fortiori les journalistes que chaque camp considérait comme des traîtres. D’une certaine façon ces deux-là me représentent: moi aussi je fais des images et moi aussi je suis claustrophobe. 

Entretien avec le réalisateur

Projeté dans le cadre de

Du 5 Octobre 2017 au 8 Mai 2018
De la révolution russe d'octobre 1917 à Mai 1968
Il y a cent ans, en octobre, éclatait la seconde révolution russe de 1917, celle qui mit fin à une expérience de démocratie commencée en février de la même année… Elle vida de tout pouvoir réel les soviets, imposant le règne absolu du parti communiste. N'empêche que cette révolution, qui n'e