Armageddon Time

De James Gray
Etats-Unis, Brésil - 2022 - vost - 114' - Couleurs - Numérique
Synopsis
New York, années 1980. Paul vit dans une famille aisée, qu'il ne supporte pas. Seul son grand-père le comprend et l'encourage. À l'école, Paul rencontre Jonathan, un garçon noir avec lequel il se lie d'amitié…
Critique

(…) Armageddon Time est un superbe film simple et classique, un récit autobiographique – sans aucun doute romancé – filmé à hauteur d’enfant. C’est ce qui fait assurément la grande force et la beauté de cette histoire émouvante. Dans ce récit d’amitié où se côtoie béatitude et amertume, naïveté et insolence, douceur et méchanceté, James Gray ne tombe jamais dans le piège du teenage movie ni dans la nostalgie surannée. Avec un sens aigu de l’introspection, il met en scène avec une grande rigueur, la fougue et la langueur, la joie et la tristesse, l’enthousiasme et l’amertume d’une jeunesse insouciante qui jouit de l’immédiateté de la vie, de la beauté de la peinture, de la musique, de l’amitié, mais qui découvre les affres de la société : la pauvreté , le racisme, la gravité effarante de l’antisémitisme et de l’injustice, présente dans leur quotidien. Servi par les lumières chaudes du chef-opérateur, Darius Khondji qui adoucissent la dureté de la prise de conscience de Paul et par la richesse de la bande musicale du film – The Clash, Stan Getz & Joao Gilberto, The Raincoats, The Sugarhill Gang, Boz Scaggs, Franz Liszt… – Armageddon Time est sans conteste l’un des plus beaux et bouleversants films de l’année. Une œuvre nous parle des thématiques résurgentes du cinéaste, de la filiation, de la famille, du devoir moral de citoyenneté, de la faillite des valeurs des États-Unis.

Jacques Déniel