Mademoiselle Ogin

De Kinuyo Tanak
Japon - 1962 - vost - 102' - Couleurs - Numérique
Synopsis

À la fin du XVIe siècle, alors que le Christianisme, venu d’Occident, est proscrit, Mademoiselle Ogin tombe amoureuse du samouraï Ukon Takayama, qui est chrétien. Le guerrier refuse ses avances, préférant se consacrer à sa foi, et Ogin prend pour époux un homme qu’elle n’aime pas. Mais quelques années plus tard, Ukon revient et lui avoue son amour. Ogin, qui est la fille du célèbre maître de thé Rikyu, veut reprendre sa liberté. Mais le redoutable Hideyoshi, qui règne sur le pays, a entamé des persécutions anti-chrétiennes.

Critique

En découvrant Mademoiselle Ogin, on bénit Tanaka pour son abnégation. Non seulement elle réalisa six films alors qu’on lui prédisait qu’un seul serait impossible, mais en plus, Mademoiselle Ogin, son dernier, est somptueux.

Certes, cette histoire d’amour impossible en surprendra bien peu, mais le scénario a ceci d’intéressant qu’il étoffe ses personnages, et permet de s’y attacher. Surtout, c’est la précision et la maîtrise de Tanaka qui émerveillent. Certains plans ont l’aura des grands tableaux, et quelques mouvements de caméra gracieux dynamisent une mise scène élégante, jamais lassante. Pour preuve, Tanaka prend quelques libertés avec la caméra, par exemple dans son introduction avec un travelling sur grue assez audacieux. C’est d’ailleurs cet adjectif qui caractérise tout son film. Le choix de certains cadres ne laisse pas insensible, et Tanaka arrive à filmer en décors intérieurs comme extérieurs, avec la même fluidité. La couleur prend toute sa place, et dévoile des costumes magnifiques, dans la longue tradition des films de costumes japonais, dont on a tous des images en tête, avec Akira Kurosawa par exemple.

Elle parvient à retranscrire le trouble de cette jeune femme, épouse d’un mari qu’elle n’aime pas. Le vertige amoureux est souligné par une musique on ne peut plus classique, certes, et les cinquante ans qui nous séparent de l’œuvre pourront en gêner plus d’un.

Thomas Bonicel, A voir A lire

Projeté dans le cadre de

Du 4 Mai 2022 au 17 Mai 2022
6 films de Kinuyo Tanaka, réalisatrice !