Marx peut attendre

De Marco Bellocchio
Italie - 2021 - vost - 96' - Couleurs - Numérique
Synopsis

Camillo est décédé en 1968. Près de cinquante ans plus tard, Marco rassemble toute sa famille pour un déjeuner. Avec sa famille, il s’interroge sur Camillo, son jumeau disparu à l’âge de vingt-neuf ans. Y participent, les frères. les petits-enfants, la sœur de la petite amie de l’époque, un psychiatre, un prêtre. En parlant avec chacun d’eux, en se remémorant ces années et ces faits, Marco reconstitue les morceaux du passé, donnant enfin corps à un fantôme qu’il a côtoyé toute sa vie.

Critique

Marco Bellocchio dévoile un pan de sa vie et de son histoire familiale, un destin cristallisé autour du suicide de Camillo, son frère jumeau, en 1968. Un demi-siècle plus tard, les retrouvailles familiales - le cinéaste pressent que ce sont peut-être les dernières - deviennent une occasion de tenter de comprendre, enquêter, retracer et saisir les multiples hypothèses du passage à l’acte, revisiter l’enfance commune, de la naissance à l’âge adulte. Faisant le lien entre les souvenirs qui refont surface, les dates marquantes de l’histoire contemporaine de l’Italie et les moments clés de la carrière cinématographique de Marco, cette histoire est révélatrice à bien des égards des obsessions typiques de l’Italie et celles que Marco Bellocchio a fait siennes dans son œuvre. Ce traumatisme familial est analysé dans une série de portraits et témoignages qui n’épargnent personne et met en lumière le déni général. Le coup de massue sur la mère que l’on s’imagine sous les traits d’une mama italienne jusqu’au cliché, laissera toute la famille dans un état de stupeur que le film semble commencer seulement à dissiper. On y sollicite la mémoire, les traces écrites, les intuitions et les rumeurs dignes de secrets de famille. Le deuil de quelques membres de cette famille - douloureux et impossible - paraît ne pas avoir pu être fait jusqu’alors.

Laurent Garreau, aVoir-aLire

Projeté dans le cadre de

26 Avril 2022
Marx può aspettare