Lunana

Pawo Choyning Dorji - Bouthan - 2020 - vost - 109' - Couleurs - Numérique

Ugyen doit encore accomplir un an de service national et le ministère l’envoie à Lunana pour remplacer l’instituteur. Alors que le jeune homme rêve d’émigrer en Australie, le voici sur la route, puis les sentiers, pour rejoindre l’école la plus isolée du Bhoutan – et la plus isolée du monde, perchée à 3'730 mètres d’altitude…

Critique

La poursuite du bonheur

Etant la nation du «bonheur national brut», le Bhoutan est supposé être le pays le plus heureux du monde. Mais que veut dire réellement être heureux? Mais les Bhoutanais sont-ils vraiment si heureux que ça? Ironiquement, de nombreux Bhoutanais quittent le Bhoutan, le pays du bonheur, à la recherche de leur propre version du «bonheur» dans les villes scintillantes de l’Occident.

 Je voulais raconter une histoire, avec Lunana, où Ugyen, le jeune héros de l’histoire, voudrait aussi partir à la recherche de son bonheur. Pourtant, il est envoyé sur un autre voyage... il part à contre coeur pour un monde différent du monde moderne dans tous ses aspects. Au cours de ce voyage, il réalise que ce à quoi nous aspirons du monde extérieur et matériel, existe en fait toujours en nous, et que ce bonheur n’est pas vraiment une destination, mais le voyage. 

La vallée sombre

Le film a été tourné sur place, dans le village de Lunana, dans et autour de l’école la plus reculée du monde. Le village est un hameau situé le long des glaciers de l’Himalaya, où on ne peut accéder qu’après une marche de 8 jours, dans les montagnes les plus hautes du monde. Il n’y a que 56 personnes habitant le village, dont la plupart n’ont jamais vu le monde extérieur. «Lunana» signifie littéralement, la vallée sombre; une vallée si loin et distante que la lumière ne l’atteint même pas. Le village est si isolé que même jusqu’à aujourd’hui, on n’y trouve ni électricité, ni réseau. En raison du manque d’installations, la production du film fut totalement dépendante de batteries solaires.

Bien que ce soit un défi extrême, je voulais à tout prix tourner à Lunana, inspiré par la pu- reté des paysages et de la population. Je voulais aussi que chacun impliqué dans la production fasse l’expérience de ce voyage qui change la vie, afin que l’authenticité de cette expérience transparaissent dans le film.

Les thèmes majeurs de l’histoire sont «la recherche du bonheur et la notion d’appartenance», et ce sont des thèmes universels auxquels chacun peut se référer quelque soit sa culture et son passé. Pourtant, je voulais présenter ces thèmes à travers un médium tel que Lunana, un monde et une population qui sont si différents, non seulement du reste du monde, mais aussi du Bhoutan lui-même. Je voulais montrer que, même dans un monde si unique, les espoirs et les rêves qui relie l’humanité sont les mêmes. »

Pawo Choyning Dorji, 2020