Sweat

Magnus von Horn - Pologne, Suède - 2020 - vost - 100' - Couleurs - Numérique

Trois jours dans la vie de la coach de fitness Sylwia Zajac, une célébrité des réseaux sociaux entourée d'employés et d'admirateurs fidèles, mais qui recherche simplement calme et intimité…

Critique

(...) Il est rafraîchissant de voir un film qui, au lieu de se lancer dans la calomnie facile à l’encontre des réseaux sociaux, se contente de les observer froidement, un peu comme un des nombreux, très nombreux followers de Sylwia, faisant apparaître ce qu’elle fait pour ce que c’est vraiment, au bout du compte : un métier, un emploi à plein temps à vrai dire, car Sylwia envoie un post toutes les deux minutes, tout en faisait paraître cela aussi facile et naturel que monter des escaliers – ce qui va aussi, on l’imagine bien, faire l’objet d’une Story Instagram –, jouant de la promesse d’un niveau d’accès et de connexion émotionnelle aussi addictif que troublant. Ça l’est du moins pour le harceleur en puissance qui est garé devant sa maison.

Que ce qu’elle vend ici soit vrai ou «fake», eh bien ça reste à déterminer, mais la regarder trouver ses marques là-dedans est un délice inconfortable. Il faut trouver une manière d’être ouverte mais pas trop, pour ne pas effrayer des collaborateurs potentiels ou mettre les fans dans tous leurs états. 

Alors s’agit-il d’être sincère, en ligne ? Ça se discute, car les imperfections et les crises de nerf sont à leur tour devenues une monnaie en soi sur les réseaux sociaux : il est toujours préférable d’avoir #zéromaquillage et #nofilter que trop. 

Et bien que le concept de la chanson de Britney Spears qui fait «she’s so lucky, she’s a star, but she cry, cry, cries» ait déjà été abordé en long, en large et en travers dès les bonnes vieilles années 2000, Kolesnik est une joie à suivre de près : c’est une Roxette mâtinée de Barbie agitée, avec un régime très strict dans son panier déjeuner. 

Elle essaie soit de se trouver elle-même, soit de trouver son «brand», on ne saura jamais, franchement... du moins jusqu’au moment où on clique sur le bouton «Suivre».

Marta Balaga, cineuropa.org, 2020