Un pays qui se tient sage

David Dufresne - France - 2020 - vofr - 90' - Couleurs - Numérique

Alors que s'accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l'objet d'une répression de plus en plus violente. « Un pays qui se tient sage » invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l'ordre social et la légitimité de l'usage de la violence par l'État.

Lumière du meilleur documentaire 2021 & Nomination pour le meilleur documentaire aux Césars 2021

Soutenu par la Quinzaine des Réalisateurs 2020

 

 

Critique

En octobre 2018 éclatait en France le mouvement des Gilets jaunes, que le gouvernement français et sa police répriment aussitôt avec une remarquable brutalité, notamment grâce à un usage intensif d’armes non létales provoquant d’atroces mutilations. Mains arrachées filmées par un téléphone, yeux crevés en plein live Facebook... le peuple français découvre avec horreur et indignation les violences policières modernes via les réseaux sociaux. Elles ne datent pourtant pas d’hier et ne sont pas accidentelles, au contraire. Elles sont le fruit d’une politique de répression qui pousse aux débordements et servent un but politique précis, contraire à ce que l’on pense être naturellement la mission de la police, censée protéger les gens.

(...) David Dufresne réussit un exploit monumental: par la puissance des images, il parvient à exposer les tenants et les aboutissants d’une perversité sociologique extrêmement complexe avec une limpidité telle que tout commentaire de son film ne peut être que de la paraphrase. En 90 minutes, Un pays qui se tient sage retourne la logique du panoptique contre un appareil d’état qui en est le principal usager, à tel point que l’on se demande comment est-il possible que personne n’ait songé à filmer et surveiller les surveillants plus tôt.

Des surveillants qui, lorsqu’ils sont eux- mêmes interrogés par le film et sont confrontés aux images des collègues, ne trouvent pas les mots pour qualifier ce qu’ils voient, à l’image de ce délégué syndical de la police, seul représentant de la profession ayant accepté de participer au film. Ce qu’on découvre de ces images dit tout de la perfidie de l’ordre établi, montre tout des corps éclatés qu’il engendre sans ciller, mais aussi du dévoiement de tout un corps de métier armé.

Des surveillants qui, lorsqu’ils sont eux- mêmes interrogés par le film et sont confrontés aux images des collègues, ne trouvent pas les mots pour qualifier ce qu’ils voient, à l’image de ce délégué syndical de la police, seul représentant de la profession ayant accepté de participer au film. Ce qu’on découvre de ces images dit tout de la perfidie de l’ordre établi, montre tout des corps éclatés qu’il engendre sans ciller, mais aussi du dévoiement de tout un corps de métier armé.

(...) Reste que c’est bien un sentiment de confusion traumatique désespéré qui domine le spectateur face à Un pays qui se tient sage, auquel s’ajoute bien rapidement un écœurement à la limite du vomitif face à tant d’obscène projeté à l’écran. Ne vous y trompez pas cependant: c’est bien le signe qu’«Un pays qui se tient sage» est un film surpuissant, qui devrait être vu par tous et qui pourrait changer votre vie.

Lino Cassinat, Cineman, 2020

Projeté dans le cadre de

Du 1 Juillet 2021 au 24 Août 2021
Les classiques d'hier et d'aujourd'hui
Comme l'année dernière, les Cinémas du Grütli proposent une programmation riche et éclectique, qui fait dialoguer films récents, grands succès de l'année écoulée, et œuvres incontournables de l'histoire du Cinéma. Nous invitons le public au jeu de l'association de l'émule et du modèle...