Just Kids

Christophe Blanc - France, Suisse - 2020 - vofr - 103' - Couleurs - Numérique

Jack, dix-neuf ans, Lisa, dis-sept ans, et Mathis, dix ans, se retrouvent brutalement orphelins. Chacun réagit à sa façon à la catastrophe familiale. Lisa prend ses distances, Jack, tout juste majeur, se voit confier la garde de Mathis. Une nouvelle vie commence. Mais comment être responsable d’un enfant quand on est soi-même à peine sorti de l’adolescence ?

L’amour est-il la clé de la résilience? Ce serait une réponse trop facile. Celle de Christophe Blanc est plus nuancée. Osée, même. Mais le réalisateur semble défendre corps et âme l’idée que l’énergie de la jeunesse peut tout faire quand on entre dans l’âge adulte. Même soulever des montagnes.

Robin Cannone, le Figaro

Critique

(…) Cela fait déjà 12 ans qu’on voit grandir à l’écran Kacey Mottet Klein, au fil d’une douzaine de films sans fausse note. Just kids confirme ce talent tant dans ses choix que dans la manière puissante de donner vie à l’écran à ses personnages. Souvent des êtes abimés par la vie mais refusant de renoncer face aux obstacles. Comme ici Jack qui, à 19 ans, se voit confier la garde de son petit frère après la mort de leurs parents. Comment assumer une responsabilité d’adulte quand on a encore plein d’idées de sales gosses dans la tête ? Blanc s’appuie sur cette interrogation pour créer un récit qui n’aime rien tant que sortir des sentiers battus pour explorer les multiples facettes (attachantes comme irritantes) de cet ado incapable d’accepter l’amour des autres tant il peine à s’aimer lui- même. Et il révèle au côté de Mottet Klein, la lumineuse Angelina Woreth qui joue sa petite amie.

Thierry Chèze, Première