The Lady Eve

Preston Sturges - Etats-Unis - 1941 - vost - 94' - Noir et Blanc - Numérique
Charles Pike, grand chasseur de papillons et fils d'un richissime roi de la bière américain, rencontre sur le bateau qui le ramène à New York la fatale beauté Jean Harrington en quête d'un mari. Mais si Charles connaît bien les papillons, il connaît mal les femmes, en particulier celle-ci qui le mène en bateau.

Critique

Troisième film de Preston Sturges, The Lady Eve fait partie de ces « screwball comedies » somptueuses, comédie du remariage selon le classement de Stanley Clavell, jubilatoire et suprêmement élégante. De cette histoire prévisible, le cinéaste tire le meilleur en organisant des variations sur des scènes attendues : ainsi de la rencontre autour d’un talon cassé, délicieuse par son incongruité que souligne Jean, dans laquelle Pike est troublé de se retrouver à genoux devant elle, à parler de bière. Mais c’est dès le générique animé, avec un serpent maladroit, dès la référence biblique donc, que le charme opère, et jamais ne retombe.

(...) Plusieurs décennies après sa sortie, The Lady Eve conserve un charme indicible, incarné par la manipulation permanente d’Eve, et que la réalisation inventive du cinéaste valorise : ainsi des prétendues révélations de le jeune femme pendant le voyage de noces, chacune d’entre elles faisant l’objet d’une variante coupée par l’avancée du train. Des idées comme celle-ci, ou comme le commentaire à travers le miroir du début, le film en regorge : il ne cesse de se réinventer en avançant, et bien que l’intrigue soit cousue de fil blanc, il sautille d’une péripétie à l’autre avec allégresse, jusqu’à la porte fermée et un dernier trait d’esprit, comme pour dire que rien n’est grave dans ce monde pétillant.

 

François Bonini, À voir à lire

 

Projeté dans le cadre de

8 Décembre 2019
The Lady Eve de Preston Sturges
Rui Nogueira, passeur passionné et ancien directeur du CAC Voltaire devenu Les Cinémas du Grütli, est invité une fois par mois pour présenter une perle de l’histoire du cinéma. Il a choisi pour cette séance du dimanche 8 décemb