Dr. Akagi

Shôhei Imamura - Japon, France - 1998 - vost - 129' - Couleurs - 35mm
En 1945, la vie d'un médecin de quartier et de ses amis : un bonze débauché, un chirurgien morphinomane et une prostituée.

 

 

Critique

Kanzo Sensei (Dr. Akagi) est un immense film sur la façon dont l’amour de son travail ne laisse plus de place à la réalité de l’amour. Akagi ne vit plus que pour son métier et sa recherche. C’est un passionné, un enragé. Indisponible au désir de l’autre en dehors de sa fonction. La sublimation ainsi que sa mise à l’épreuve sont le grand sujet du film. Sa véritable aventure aussi. 

(...) Autant le héros de L’Anguille, homme de la rétention, vit dans l’angoisse de la répétition du même, d’où sa réserve pour accepter le cadeau de la femme, possible premier pas vers la reproduction à l’identique d’une irrémédiable passion destructrice, autant Akagi, infaillible diagnostiqueur d’hépatites, ne vit qu’à travers la répétition du même, sans se poser de questions. (...) Avec Akagi, Imamura, grand cinéaste entomologiste, a trouvé plus fort que lui. Ce n’est plus le regard du metteur en scène qui refuse la psychologie du personnage pour faire de son comportement un objet d’étude, c’est le personnage, tout à sa fonction professionnelle, qui se mécanise tout seul, tel un robot, un parfait automate.

Charles Tesson Les Cahiers du Cinéma

Projeté dans le cadre de

Du 23 Octobre 2019 au 15 Novembre 2019
Shôhei Imamura (1926-2006) est l’un des rares cinéastes, et le seul Japonais, à avoir obtenu deux palmes d’or au festival de Cannes.