Le Pornographe (Introduction à l'anthropologie)

Shôhei Imamura - Japon - 1966 - vost - 128' - Noir et Blanc - Numérique

Tout en évitant la foule et les autorités locales, un pornographe lassé du monde trouve la vie d'homme de famille bien difficile alors qu'il se débat avec ses propres désirs et afflictions.

Critique

Adapté du roman d’Akiyuki Nosaka (Le Tombeau des lucioles), Le Pornographe est un des films les plus sarcastiques d’Imamura. Créatures avides et parasites, le pornographe et ses acolytes, sont un peu comme les «monstres» de Dino Risi jetés dans le miracle économique des sixties. Si Deleuze avait connu le cinéma d’Imamura, il y aurait sans aucun doute vu, autant que chez Stroheim et Buñuel, l’expression exacte de l’image-pulsion: dans ce monde en pleine déliquescence, gorgé d’humidité noire, s’agitent des désirs sauvages et se construisent des systèmes de prédation. Image-pulsion au carré puisque Yoshimoto, le pornographe du titre, est aussi cinéaste. Il ne filme pas des pinku eiga politiques et sophistiqués comme ceux de Wakamatsu, mais des productions hard en 8 mm vendues sous le manteau. C’est un cinéma illégal, sans valeur esthétique, dans lequel Imamura voit une matière fantasmatique brute. (...) Comme tous les grands naturalistes, Imamura est aussi un visionnaire : le pornographe vogue sur une mer de solitude qui est celle, à venir, du sexe virtuel.

Stéphane du Mesnildot, Les Cahiers du Cinéma

Projeté dans le cadre de

Du 23 Octobre 2019 au 15 Novembre 2019
Shôhei Imamura (1926-2006) est l’un des rares cinéastes, et le seul Japonais, à avoir obtenu deux palmes d’or au festival de Cannes.