Garde à vue

Claude Miller - France - 1981 - vofr - 84' - Couleurs - 35mm

Le soir du 31 décembre, Jérôme Martinaud, un notaire, est convoqué au commissariat afin de témoigner sur l'assassinat et le viol de deux petites filles. Les inspecteurs Gallien et Belmont, persuadés de la culpabilité du notable, le mettent en garde à vue…

Critique

L’idée de ce film devenu culte on la doit à Michel Audiard. C’est lui qui découvrit le roman de John Wainwright et le confia aux productions Ariane Films. Pour mettre en scène l’histoire de ce notaire (Serrault) accusé d’avoir assassiné deux fillettes, les studios font appel à Claude Miller.

Le choix est osé. Le précédent film du cinéaste (Dites-lui que je l’aime) avait été un échec commercial. Miller relève pourtant le défi avec talent. Il met en scène un huis clos prenant à l’atmosphère oppressante et à la tension presque palpable.

Le casting est impressionnant. Lino Ventura, impeccable en flic tenace, Guy Marchand, étonnant dans une prestation de «salaud» de service, Romy Schneider, dont ce sera l’avant-dernière apparition, se partagent l’affiche de ce petit bijou applaudi en salle par plus de 2 millions de spectateurs.

Mais c’est le regretté Michel Serrault qui réalise ici la plus belle prestation. Dans son smoking de notaire suspecté de meurtre, l’acteur excelle et nous fait frissonner avec une redoutable efficacité. Cynique et ambigu à souhait, Serrault joue à merveille le coupable idéal. La performance est de taille et lui permit d’ailleurs de décrocher son deuxième César du meilleur acteur (après celui de La Cage aux folles, en 1979). Il en obtiendra un troisième pour Nelly et M. Arnaud, de Claude Sautet, en 1995.

Nicolas Jouenne, Le Figaro

Projeté dans le cadre de

Du 10 Juillet 2019 au 30 Juillet 2019
Romy Schneider est née en 1938. Dans sa première carrière, sous l'influence de sa mère Magda, actrice elle même, elle apparaît comme la jeune héroïne fraîche de films romantiques : C’est l'ère des Sissi.