Mado

Claude Sautet - France, Italie - 1976 - vofr - 135' - Couleurs - Numérique

Du jour au lendemain, Simon Leotard, un promoteur immobilier, se retrouve ruiné par Lepidon, un concurrent vereux. Ce dernier lui reclame le remboursement des traites qu'il a consenties à son associé Julien, qui vient de se suicider sans explication. Grace à Mado, une jeune prostituee dont il tombe amoureux, Simon se venge de Lepidon…

Critique

Le cinéma selon Sautet : un scénario vissé au micron, une mise en scène attentive au moindre détail, des acteurs dirigés avec une précision incroyable. Mado, comme les autres films de Claude Sautet, est le nec plus ultra du cinéma français des années 1970, avec, en prime, un regard assez désabusé sur la société de l'époque. L'histoire : un promoteur immobilier au bord de la faillite tombe amoureux d'une pute, et s'aperçoit que la vie n'est pas simple...

Pour ceux qui aiment le cinéma de Sautet (les Choses de la vie, Max et les ferrailleurs, César et Rosalie), voici l'une de ses réussites les plus accomplies. Pour ceux qui sont réticents, c'est comme d'habitude : un casting formidable (Michel Piccoli, Ottavia Piccolo, Jacques Dutronc, Charles Denner, Romy Schneider, Julien Guiomar, Claude Dauphin, Michel Aumont, Jean Bouise, Bernard Fresson, Nathalie Baye...) qui meuble un décor typique des seventies, le tout éclairé comme une dramatique de théâtre.

Chacun sa vérité : toujours est-il que Mado, malgré sa longueur (entre 135 et 120 minutes selon les versions), se regarde avec plaisir. Et que Piccoli (face à Piccolo) est un acteur merveilleux, je le dis avec chaleur.

François Forestier, Le Nouvel Observateur

Projeté dans le cadre de

Du 10 Juillet 2019 au 30 Juillet 2019
Romy Schneider est née en 1938. Dans sa première carrière, sous l'influence de sa mère Magda, actrice elle même, elle apparaît comme la jeune héroïne fraîche de films romantiques : C’est l'ère des Sissi.