Ces garçons qui venaient du Brésil

Franklin J. Schafnner - Etats-Unis - 1978 - vost - 123' - Couleurs - Numérique

Ezra Lieberman, célèbre chasseur de nazis, reçoit un étrange appel en provenance du Paraguay. Son correspondant l'informe qu'un complot se prépare. A sa tête, le sinistre docteur Mengele, terrifiant médecin nazi recherché par toutes les polices. Son objectif : assassiner 94 hommes à travers le monde

Critique

(…) 

Adaptation du roman d'Ira Levin par le vétéran Franklin J. Schaffner (Patton, la Planète des singes), Ces garçons qui venaient du Brésil fait son miel de deux séquences politiques qui ont agité le monde au cours des deux décennies précédentes : la traque des criminels nazis et la résurgence des dictatures militaires en Amérique latine.

Schaffner troque son sérieux habituel pour un regard plein de goguenardise et d'outrance. Il se plaît à brouiller les frontières entre la représentation d'un réel sordide et les codes d'une farce bourrée d'ironie : il dessine par exemple Mengele en Méphisto d'opérette tout de blanc vêtu, surmaquillé (fabuleux Gregory Peck), et son repaire s'apparente à un petit théâtre des horreurs qui préfigure, sur un mode ouvertement carnavalesque, l'antre du colonel Kurtz dans Apocalypse Now. Grinçant aussi, l'art du contrepied du cinéaste en matière de casting. Il fait de Laurence Oliver, le criminel nazi de Marathon Man, son envers absolu : une réplique gaguesque de Simon Wiesenthal. Il en résulte un film unique, à la fois glauque et déglingué, dans lequel l'absurdité délirante de l'enquête ramène sans cesse le spectateur à l'horreur bien réelle d'un passé encore chaud.

Guillaume Loison

Projeté dans le cadre de

Du 15 Mai 2019 au 28 Mai 2019
A vingt ans, en 1961, Bruno Ganz quitte sa Zurich natale et part à Berlin travailler comme acteur au Schaubühne, prestigieux théâtre allemand. Il y trouve vite un succès qui ne se démentira plus jamais.