La Face cachée d'une renaissance: 1938-1945

Francis Gendron et Alain Tyr - France - 2011 - vofr - 60' - Numérique

Ce premier volet d’une trilogie consacrée à l’histoire du cinéma, des producteurs et de la production cinématographique en France entre 1938 et l’arrivée de la Nouvelle vague, revient sur la fin du Front populaire, l’installation du régime de Vichy qui interdit les organisations politiques et syndicales et vote une loi préconisant la création d’un Comité d’organisation professionnel pour chaque secteur industriel dont le cinéma. Comment le cinéma français a réussi à survivre puis à renaître avec de nouvelles ambitions artistiques ? C’est cette renaissance, aujourd’hui encore cachée, que le film révèle… La Face cachée d’une renaissance mêle images d’archives, interviews d’hier et d’aujourd’hui, extraits de films.

Séance du samedi 6 avril à 19h30 présentée par Francis Gendron

Critique

(…)  J’ai pu voir un documentaire bien instructif sur le cinéma français des années terribles, celle de l’occupation allemande, La face cachée d’une renaissance, 1938-45. Un film qui fait partie d’une trilogie consacarée à l’histoire de la production dans notre pays et quiest signé par Alain Tyr et Francis GendronOn y écoute Raoul Ploquin, producteur, Guy de Carmoy, fonctionnaire mais aussi des cinéastes parler de l’aventure du COIC, le Comité d’organisation de l’Industrie cinématographique, prototype du CNC. Ce Comité est né le 16 août 1940 et donc fut le fruit d’une politique pour le moins contestable mais il permit au cinema français de ne pas disparaitre comme il aurait du dans la débâcle de juin 1940. L’intérêt énorme du film de Tyr et de Gendron est de montrer que sur ce point il y eut une continuité entre les projets élaborés par Jean Zay, ministre de l’Education nationale et des Beaux arts du Front populaire (2), et leur mise en pratique au moins partielle par des fonctionnaires de Vichy. 

Le résultat en fut qu’au moment où Alfred Greven, le producteur allemand, mettait en place une Continental française plus forte que prévue, il y eut parallèlement émergence sur les écrans français d’une production plus spécifiquement française... Ses artisans en furent des gens comme par exemple Raoul Ploquin...    La face cachée d’une renaissance, 1938-45 permet d’envisager cette histoire étrange, qui mêle les avancées (renaissance effective du cinéma avec des films comme Le Corbeaule Ciel est à vous, Goupi mains rougesDouce, Les dames du bois de Boulogne…) et les reculs avec la sérénité des historiens. C’est donc une œuvre passionnante pour celui qui s’intéresse aux mésaventures du cinéma français. Produit par TVM Est parisien, Evasion video, Label video avec la participation de Ciné Plus.

Edouard Waintrop, Blog Le Cinoque, Liberation.fr, 8 juin 2012

Projeté dans le cadre de

Du 5 Avril 2019 au 28 Avril 2019
Un paradoxe
Alors que pendant l'Occupation allemande tout manquait, électricité, argent, matériaux pour faire des décors et des costumes, que nombre de ses "génies" (Renoir Ophuls, Duvivier etc.) étaient partis, le cinéma français ne s'est que rarement aussi bien porté … Ce n'était certes pas le paradi