Black Moon

Louis Malle - France - 1975 - vost - 95' - Couleurs - Numérique

Alors que la guerre fait rage dans une contrée non identifiée, une jeune fille, Lily, fuit éperdument au volant d'une voiture. Elle se réfugie dans la forêt et pénètre dans un monde imaginaire où les fleurs gémissent de douleur sous les pas et où elle rencontre une licorne qui la conduit vers une mystérieuse maison.

Critique

Il est difficile de parler de ce film déroutant, dans lequel certains ont vu l'une des oeuvres les plus personnelles de Louis Malle. Placé sous le signe de l'irrationnel, il refuse volontairement la narration classique et cohérente. Il invite à un voyage imaginaire, un langage cinématographique associant les symboles freudiens aux fantasmes. Il bénéficie de magnifiques images du photographe attitré de Bergman.
On pense un moment à Alice au pays des merveilles, mais ce n'est pas la bonne piste. Black Moon, la lune noire, pèse sur un univers apocalyptique, entre la vie et la mort, le chaos de la guerre et la connaissance. Etres humains et animaux sont soumis aux mêmes forces déchaînées, dont la menace est transmise par la radio. Truie, rat, serpent, licornes et autres bêtes changent la civilisation dans une sorte de cauchemar surréaliste ; des enfants fardés se mettent à chanter du Wagner dans un décor baroque... Louis Malle semble avoir repris le principe de l'écriture automatique.
L'ensemble est tout de même d'un fantastique un peu calculé. Au spectateur de bonne volonté de tenter de déchiffrer ce « film rêvé », car quelques scènes envoûtent par leur magie.
Jacques Siclier, Télérama

Projeté dans le cadre de

Du 13 février 2019 au 7 Mars 2019
A 25 ans, Louis Malle, né en 1932, avait déjà presque tout connu du cinéma: une Palme d'or à Cannes pour Le monde du silence, documentaire réalisé avec Jacques-Yves Cousteau; l'expérience Robert Bresson, il fut son assistant; un beau succès critique et public ave