Bergman, une année dans une vie

Jane Magnusson - Suède, Norvège - 2018 - vost - 117' - Numérique

En 1957, à l’aube de ses quarante ans, Ingmar Bergman entre dans une période de productivité sans précédent. Cette année-là, il tourne pas moins de trois films, met en scène quatre pièces de théâtre et conjugue travail acharné avec vie de famille tumultueuse…

Critique

On nous rappelle ici et là les parts ténébreuses du père de Persona, dont son engouement pour Hitler ou, ailleurs, plus intimement, le parfait détachement avec lequel il traitait les siens, confondant les années de naissance comme les visages de ses enfants. Le film a le mérite de ne taire aucune des ambiguïtés de l’homme. Il y a aussi ces images d’archive, où le réalisateur apparaît d’humeur légère, ce qui tranche avec l’austérité qu’on lui connaît, ou le rudesse de caractère dont il témoignait lors de ses phases de création. 

Pierre-Julien Marest, Culture au poing

Projeté dans le cadre de

Du 28 Novembre 2018 au 18 Décembre 2018
Rétrospective
Bergman est né il y a cent ans. Occasion de célébrer un géant du cinéma mondial, un cinéaste qui fit d'abord entrer le sexe et la guerre des sexes au coeur du cinéma européen, avec Monika, Sourires d'une nuit d'été ou La fontaine d'Aréthuse.