Ceux qui travaillent

Antoine Russbach - Belgique, Suisse - 2018 - vost - 100' - Couleurs - Numérique

Homme d’action ayant gravi les échelons à la force du poignet, Frank consacre sa vie au travail. Quels que soient les lieux ou les circonstances, l’heure du jour ou de la nuit, accroché à son téléphone, il gère les cargos qu’il affrète pour de grandes compagnies. Alors qu’il doit faire face à une situation de crise, Frank prend une décision brutale et se fait licencier.

Critique

Cadre ­respecté au caractère bien trempé, Frank Blanchet gère depuis Genève ces cargos qui transportent des immenses containers de marchandises. Confronté à une situation de crise, il prend une décision criminelle et la direction en profite pour le licencier. Ce self-made-man se retrouve soudain au chômage à la cinquantaine, avec une famille nombreuse et un train de vie à assumer. On voit venir la descente aux enfers, avec suicide ou vengeance meurtrière à la clé. Encore un drame dans le monde de l’entreprise, pour condamner un ­ca­pitalisme amoral? Ceux qui travail­lent joue heureusement une partition moins prévisible et plus subtile.

Personnage ambigu, Frank est à la fois victime et bourreau, digne ­représentant d’un système impitoyable qui se retourne contre lui. Débute alors une remise en question dont l’issue semble bien incertaine. A moins que la rédemption ne vienne de la relation qu’il entretient avec sa fille cadette… Au-delà des lieux communs de la fiction de gauche, Ceux qui travaillent soulève des questions embarrassantes qui nous concernent tous. Le Genevois Antoine Russbach signe là un premier long métrage impressionnant, porté par la présence imposante du comédien belge Olivier Gourmet, massif et mutique. 

Mathieu Loewer, Le Courrier

Projeté dans le cadre de

11 Décembre 2018
Ceux qui travaillent d'Antoine Russbach
Pour ce rendez-vous proposé aux étudiant-e-s de l’Université Ouvrière de Genève, mais ouvert à toutes et à tous, les Cinémas du Grütli projettent des films suisses romands, en présence des cinéastes.