Shadows

John Cassavetes - USA - 1959 - vost - 81' - Noir et Blanc - Numérique

États-Unis, années 60. Benny, Hugh et Lélia sont frères et sœur et partagent à New York le même appartement. Alors que Benny passe ses journées dans les rues et les bars, Hugh tente de faire carrière comme chanteur de jazz. Lélia quant à elle veut être écrivain. Tous trois veulent aussi aimer et être aimés...

Critique

Greenwich Village au début des années soixante. Hugh, un Noir, aimerait s'intégrer à la communauté blanche, tandis que son frère, Ben, un chanteur, fait des tournées miteuses…

Le film n'a pas d'intrigue, ses épisodes ont été tournés sans aucun scénario. Il est une série de scènes prises à l'improviste, décrivant quelques événements de la vie de deux frères et d'une soeur, tous noirs. La majeure partie du film se déroule la nuit et il est fait de rues sombres et solitaires, de bars, et d'enseignes au néon. A travers l'improviste et des éclats émotionnels, le film se construit peu à peu, sans aucune directive imposée, tandis qu'émerge simultanément une image de la ville, avec ses rues sombres et ses noctambules. Les sautes d'humeur de la cité, les rapports de ses habitants, les querelles et les tendresses familiales s'imposent peu à peu à nous, mais dans le film rien ne change, on ne trouve pas une solution. Shadows n'est pas seulement un passionnant document social, il est aussi une remarquable oeuvre d'art, plus comparable à Moi un Noir, de Jean Rouch qu'à A Bout de Souffle, parce que contrairement à Godard, il refuse réellement tout artifice et improvise pour de bon.

Georges Sadoul

Projeté dans le cadre de

Du 11 Juillet 2018 au 14 Août 2018
L'Indépendant
D'abord comédien, John Cassavetes va très vite vouloir réaliser ses propres films.