Habemus Papam

Nanni Moretti - Italie - 2011 - vost - 102' - Couleurs - Numérique

Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire son successeur. Plusieurs votes sont nécessaires avant que ne s’élève la fumée blanche. Enfin, un cardinal est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d’une telle responsabilité. Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Le monde entier est bientôt en proie à l’inquiétude tandis qu’au Vatican, on cherche des solutions pour surmonter la crise…

Critique

Avec Habemus Papam, le temps du règlement de comptes serait-il venu ? Ceux qui attendent une saillie dévastatrice risquent d’être déçus. On peut d’ailleurs voir dans ce Vatican la métaphore d’un grand nombre d’institutions : médiatiques, politiques ou encore culturelles. Comme à son habitude, Nanni Moretti s’empare d’un « sujet » pour mieux le déplacer vers l’aiguillon fondamental de son œuvre : la quête d’une façon d’être au monde, où il serait possible d’être soi. Habemus Papam creuse profondément ce sillon et s’avère sans doute être le film où cohabitent de la façon la plus inextricable et équilibrée les différents pôles morettiens : la mélancolie et l’irruption du burlesque, l’entreprise de réenchantement de l’existence et le difficile exercice de la responsabilité individuelle parmi une collectivité. Il en résulte une œuvre inquiète et grinçante, émouvante et tendre, qui n’oublie pas d’être d’une souveraine drôlerie.

Arnaud Hée, Critikat

Projeté dans le cadre de

Du 12 février 2020 au 5 Mars 2020
Dès qu’il est apparu, à la fin des années 70, dans ses auto-fictions en forme de comédies sarcastiques, Nanni Moretti (né en 1953) a déchiré la carte du cinéma italien.