Vitus, l'enfant prodige

Fredi Murer - Suisse - 2006 - vost - 122' - Couleurs - 35mm

Vitus est quasiment un extraterrestre. Il a l'oreille fine, il joue admirablement du piano et il dévore déjà tous les tomes de l'encyclopédie à l'âge du jardin d'enfants. Pas étonnant que ses parents convoitent pour lui une carrière des plus ambitieuses. En effet, Vitus doit devenir pianiste. Mais le jeune génie préfère bricoler dans la menuiserie de son têtu de grand-père. Il rêve de voler et d'avoir une enfance des plus normales. En fin de compte, Vitus prendra sa propre vie en main, ce qui ne se passera pas sans quelques éclats...

Critique

Seul cinéaste alpin répertorié, le Suisse alémanique Fredi M. Murer a fait souffler le chaud et le froid au cours d’une carrière qu’on suit de loin en loin. Il revient avec un nouveau conte qui, sans avoir la pureté fruste et tragique de L’Ame sœur, décrit une utopie assez jubilatoire. L’histoire rocambolesque d’un enfant surdoué qui louvoie entre l’espoir de tremplin social qu’il constitue pour ses parents et la puissance et la liberté que ses facultés hors norme lui font entrevoir. Traversé par la métaphore de l’aviation – un des domaines dans lesquels l’enfant excelle –, Vitus, l’enfant prodige est une transposition moderne du mythe d’Icare – dépourvu de trajectoire fataliste. Un conte dans lequel l’imaginaire est constamment transfusé par la réalité. Murer a définitivement quitté cette “zone grise” (titre d’un de ses premiers films, Grauzone) qui avait tant charmé nos pupilles cinéphiles. Son univers est devenu plus farfelu, mais on trouve chez lui la même éthique libertaire.

Vincent Ostria, Les Inrocks

Projeté dans le cadre de

Du 15 Mai 2019 au 12 Juin 2019
A vingt ans, en 1961, Bruno Ganz quitte sa Zurich natale et part à Berlin travailler comme acteur au Schaubühne, prestigieux théâtre allemand. Il y trouve vite un succès qui ne se démentira plus jamais.