Cinq femmes autour d’Utamaro

Kenji Mizoguchi - Japon - 1946 - vost - 100' - Noir et Blanc

Edo, fin du XVIIIe siècle. Utamaro, estampeur génial, se met dans une mauvaise situation en critiquant Kano, le peintre officiel. Attaqué par Seinosuke, le gendre de Kano, il lui propose de régler le différend par un duel. Mais pas avec des armes, avec des pinceaux et des dessins. Il le vainc et le convainc de son génie. Seinosuke devient le disciple d’Utamaro, et comme lui il va vivre dans les bas quartiers, être séduit lui aussi par les Geishas, les servantes, les femmes ordinaires…

> La séance du mercredi 2 novembre à 20h45 est présentée par Fabrice Arduini

Critique

Ce film est pour Mizoguchi une sorte d’art poétique. On y trouve ses thèmes de prédilection, les artistes qui ne renoncent pas à leurs principes, des femmes souvent simples et brillantes, mais toujours victimes des hommes, les quartiers de plaisirs… « L’obsession de la femme, l’obsession de la beauté idéale et celle de la création se confondent pour l’artiste et c’est justement le caractère polyvalent de cette obsession – elle n’est jamais uniquement sexuelle ou sentimentale ou esthétique - qui sauve l’artiste de la tragédie où basculent souvent ses modèles et ses partenaires. »

Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma (Robert Laffont).

Projeté dans le cadre de

Du 26 Octobre 2016 au 18 Novembre 2016
L'Empereur de la mise en scène
L'Occident a découvert Kenji Mizoguchi au festival de Venise en 1952 avec La Vie d'Oharu femme galante, un chef d'œuvre… L'année suivante, les critiques du monde entier accourus sur la lagune ont eu droit à un nouveau film du même, l'extraordinaire Contes de la