Les Ardennes

Robin Pront - Belgique - 2015 - vost - 93' - Couleurs

Un cambriolage tourne mal. Dave arrive à s’enfuir mais laisse son frère Kenneth derrière lui. Quatre ans plus tard, à sa sortie de prison, Kenneth, au tempérament violent, souhaite reprendre sa vie là où il l’avait laissée et est plus que jamais déterminé à reconquérir sa petite amie Sylvie. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’entre-temps, Dave et Sylvie sont tombés amoureux et mènent désormais une vie rangée ensemble…

 

Pour la première projection de ce thriller implacable flamand, le mercredi 13 juillet à 19h00, nous offrons une dégustation de bières artisanales belges, dès 18h30 et à l’issue du film, en collaboration avec Leopold bières. 

Critique

« Une vie banale. » Telle est l'inaccessible étoile convoitée par Dave et Sylvie, un couple de prolos d'Anvers qui aimerait oublier le passé, quand la came les poussait à cambrioler des villas. Mais le ­destin revient frapper à leur porte le jour où Kenny, frère aîné de Dave et ex de Sylvie, sort plus tôt que prévu de prison. Comment lui faire accepter, à lui, l'impulsif, l'écorché vif, qui a rongé son frein et entretenu sa haine derrière les barreaux, qu'eux ont changé ?

Les retrouvailles devant la prison — scène banalisée par tant de polars — sont filmées, ici, à travers un rétro­viseur : dans ce miroir, les objets et le danger sont plus près qu'on ne le croit... Aussi poisseux et shakespearien que pouvait l'être Bullhead, de Michaël R. Roskam, autre formidable thriller belge, ce premier long métrage déroule son implacable duel fratricide jusqu'au climax, dans une inquiétante forêt de pins des Ardennes où un improbable travesti en manteau de fourrure et une paire d'autruches en cavale injectent une dose de surréalisme dans le film noir à la Coen Brothers, période Fargo.

Peut-on échapper à son milieu social ? S'extraire de la fange sans éclabousser ceux qui s'accommodent ? Couverts de boue et de sang, les deux frangins complices désormais ennemis ne partagent plus que le désespoir et la rage de leur classe. Et le jeune cinéma flamand continue de prouver sa vitalité...

Jérémie Couston, Télérama