Europa '51

Roberto Rossellini - Italie - 1952 - vost - 113' - Noir et Blanc

A Rome, une jeune étrangère ayant une vie très mondaine tente de se racheter après le suicide de son fils en consacrant sa fortune à soulager la misère.

> Télécharger la fiche du film

Critique

Dans Allemagne année zéro, le suicide de l'enfant venait sanctionner la veulerie des adultes, leur démission morale et l'agonie d'une société incapable de se régénérer. Ici, le suicide du fils, provoqué par le sentiment de solitude et l'indifférence des parents, se situe dans un ordre intime et privé. Pourtant ce drame personnel sera le déclencheur d'une ouverture vers le monde, du renversement des barrières de la décence et de l'hypocrisie sociale. Pour tenter d'oublier, ne serait-ce qu'un instant, l'absolue faillite de sa vie, l'Américaine devenue grande bourgeoise romaine fuit vers l'extérieur. Munie de sa seule douleur comme instrument de connaissance, Ingrid Bergman (magnifique d'abandon, littéralement illuminée) s'offre en sacrifice, explore le monde afin de le comprendre avant de le corriger. Trop meurtrie pour envisager d'être seulement militante, elle cherche à s'anéantir, à se perdre corps et biens dans un tissu humain toujours plus vaste. Sa sainteté est aussi le meilleur onguent à sa névrose.

Dans les meilleurs films de Rossellini, avant que le cinéaste ne sombre dans le calvaire démocrate-chrétien, le sentiment religieux est pris comme praxis et non comme appartenance à une quelconque église. Europe 51 est l'histoire d'une exaltation dangereuse pour l'ordre établi, le parcours d'une révolutionnaire malgré elle.

Frédéric Bonnaud, Libération

Projeté dans le cadre de

Du 8 Juillet 2015 au 28 Juillet 2015
Une grande étoile
Ingrid Bergman aurait eu cent ans le 29 août prochain.