15 Mai 2024

Séance spéciale de DEMENAGEMENT de Shinji Sômai

en partenariat avec l'association SUISSE-JAPON !

Séance spéciale mercredi 15 mai à 18H30 de DEMENAGEMENT de Shinji Sômai en partenariat avec l'association SUISSE-JAPON !

Renko, onze ans, rêve d'une famille unie et heureuse mais voit avec douleur ses parents se séparer. La petite fille se révolte d'abord intérieurement puis finit, traumatisée, par commettre des actes insensés prouvant combien son psychisme est perturbé. D'une surprenante maturité, elle refuse cependant d'accepter la situation et son attitude devient de plus en plus extrême et dangereuse pour elle-même et son entourage.

« Je suis convaincu qu'au même titre que d'autres cinéastes de sa génération comme Edward Yang, Hou Hsiao-hsien ou Takeshi Kitano, le nom de Shinji Sômai mérite aujourd'hui, plus que jamais, d'être redécouvert. »— Hirokazu Kore-eda

« Où tu vas, Ren ? Ren court. A toutes jambes, dès le début, ou presque : Déménagement commence comme un autre film, c’est un repas du soir, dans une petite famille en forme de triangle, le père, la mère, entre eux l’enfant, Ren. On est avec elle, pour rejoindre, ou tenter de suivre, un mouvement qui ne commence vraiment que dans les scènes suivantes. Où Tomoko Tabata, qui alors âgée d’une douzaine d’années, joue de toutes ses forces Ren dans Déménagement, va devenir, en quelques minutes et pour toujours, une apparition inoubliable, singulière – personnelle comme seule une personne peut l’être – donnant à un point rare, rare au cinéma mais absolument cinématographique, le sentiment du vivant. Ren est au lit, bien bordée et bien sage comme une enfant qui dort profondément, mais elle ouvre les yeux et nous regarde directement, puis se lève, ouvre la fenêtre, dit quelque chose sur la pluie (simplement pour établir le premier contact, entamer l’adresse : se parlant à elle-même, c’est au film, c’est à nous qu’elle parle), se renverse sur les mains et fait le poirier. Tout se renverse en même temps qu’elle, et le film se met à courir, «où tu vas, Ren ?» à la suivre de travelling en travelling, à indexer sa durée, celle de ses plans, son rythme, sur la fuite en avant de Ren. Sans en dire trop ni pas assez, le cinéaste Shinji Somai, par on ne sait quelle audace née de son sens de l’existence ou (si ce n’est la même chose) de son goût pour le plan-séquence, s’est montré capable de prouver que le cinéma permet ceci, son cœur, sinon son essence, et qui est du genre fantastique : prendre dans ses bras, avec tendresse, l’enfant qu’on a été, un instant, et non pas pour le retenir, mais pour mieux le laisser partir. Le cinéma a fait son travail, le film peut bientôt s’arrêter de courir, et laisser le monde s’éloigner.»— Luc Chessel, Libération

« En tant que cinéaste, qu’un être de la sorte puisse exister dans un film est à peine croyable. Les images en sont comme autant de preuves de son énergie vitale – mais alors, la puissance de vie qui se loge là, sans doute existe-t-elle aussi en nous-mêmes, l’avons-nous seulement employée à sa juste valeur ? Tel est le genre de remises en question auquel nous sommes alors contraints. La vie, ici réinsufflée. »— Ryusuke Hamaguchi

« De l'enfance, Sômai filme l'in­flexibilité, l'intransigeance. La petite Renko n'a rien d'une fillette kawaï ("mignonne"), mais se montre au contraire assertive, âpre à la défense de ses intérêts d'enfant, c'est-à-dire à la sauvegarde de son royaume menacé, quand bien même il faudrait pour cela conserver ses parents dans le formol. Elle les défie droit dans les yeux, esquive leurs règles (elle déchire la charte de bonne con· duite écrite par sa mère), édicte les siennes propres (son père l'écoute la tête baissée, abattu).  La caméra de Sômai elle-même est entrainée, happée, par le mouvement de ses personnages. »— Mathieu Macheret, Le Monde

« Chaînon manquant entre la Nouvelle vague des années 1960 et le renouveau de la fin des années 1990 sous l’égide des ‹4K› (Kitano, Kurosawa, Kawase, Kore-eda), le film participe à la réinvention du shomingeki, genre endémique de la production japonaise qui se concentre sur la vie quotidienne de la classe moyenne. »— Thomas Grignon, Critikat

Programmation

Lundi 27.5
Mercredi 29.5
Jeudi 30.5
Samedi 1.6
Dimanche 2.6
Lundi 3.6
Jeudi 6.6
Samedi 8.6