La Maison du lac

Mark Rydell - Etats-Unis - 1981 - vost - 109' - Numérique

Norman et Ethel Thayer sont septuagénaires. Depuis 48 ans, ils passent invariablement leurs vacances dans leur maison du lac Doré. Norman, ancien professeur d'université, l'esprit toujours alerte et mordant, n'a rien perdu de sa causticité. Cependant, au soir de sa vie, il semble s'être aigri. Ethel, en revanche, est toujours pétillante de santé. L'arrivée de leur fille Chelsea, accompagnée de son fiancé Bill et du fils de celui-ci, Billy, vient troubler le calme des vacances. En effet, Norman et Chelsea ne se sont jamais bien compris. Ils ne tardent pas à se chamailler...

Critique

Etude sensible des relations entre un père et sa fille, La Maison du lac permet à Jane Fonda de jouer face à son père, Henry. « J'ai dit à mon père dans le film, déclara-t-elle, toutes ces choses que je n'avais jamais osé lui dire dans la vie ; des petits bouts de phrases qui se cachaient au plus profond de moi et qui font qu'on garde toujours le souvenir de ceux qui vous ont donné la vie. » Tout le film repose sur les relations exceptionnelles qui unissent, d'un côté, Jane Fonda à son père, de l'autre, Katharine Hepburn à Henry Fonda, relations où se mêlent la tendresse filiale, l'amitié et la nostalgie des années disparues. Le talent des trois interprètes permet au film d'échapper au contexte théâtral qui pouvait le menacer, et la splendeur de la photographie donne à cette chronique une réelle intensité.

André Moreau, Télérama

Projeté dans le cadre de

Du 26 Juillet 2017 au 15 Août 2017
Au delà des apparences
Fille de Henry Fonda… certes mais très vite Jane Fonda avant tout...