In Guerra per amore

Pierfrancesco Diliberto - Italie - 2016 - vost - 99' - Couleurs - Numérique
New York, 1943. Arturo rêve d’épouser la belle Flora, déjà promise à un chef de la mafia new-yorkaise. La seule façon d’obtenir sa main est de la demander directement à son père, resté en Sicile. Alors que les Alliés s’apprête à y débarquer, Arturo s’engage dans l’armée américaine. Son destin  va se retrouver lié à celui du lieutenant Chiamparino entré en guerre par amour pour son pays d’origine.

Critique

Arrêtez d’appeler Pierfrancesco Diliberto, alias Pif, le Forrest Gump italien, cela même si ses co-scénaristes, Astori et Martani, reconnaissent tout ce qu’ils doivent au personnage incarné par Tom Hanks, méticuleusement assis au bord d’un trottoir, à l’arrêt d’autobus. Arrêtez aussi de trouver trop de ressemblances entre le jeune sicilien en colère et le type avec sa boîte de chocolat sur les genoux, car même si tous deux parlent avec un accent du sud et regardent le monde avec enchantement, il y a dans l’interprétation des choses humaines du réalisateur de La Mafia tue seulement en été, une lucidité totalement inconnue par le grand garçon de l’Alabama, au QI limité. Il y a aussi une  précision et une préparation maniaques, qui produisent des piqûres de vérités qui se transforment en une réalité irréfutable,  qui coupe le souffle, comme un coup de poing dans l’estomac.

Prequel idéal de La Mafia tue seulement en été, In Guerra per amore souligne une fois encore la passion du cinéaste pour «le temps qui a été», pour un passé qui se  laisse plus facilement analyser avec objectivité (…). Disons-le clairement: Pif est bon, excellent même, lorsqu’il commence son histoire par «il était une fois», l’auréolant d’un réalisme poétique, et la concluant sur une note qui détone, sur un dénouement qui transforme le sucre en sel, un peu comme cela arrive dans la vie et qui d’ailleurs, arrivait dans les grandes comédies dites «à l’italienne». (…)

Carola Proto

*****

Après le succès de La Mafia uccide solo d’estate, Pierfrancesco Diliberto, connu dans le monde du cinéma sous le nom de Pif, revient avec une histoire écrite avec Michele Astori et Marco Martani, en essayant de reproduire le style du film précédent : une comédie qui cache une vision indignée de la réalité italienne passée et contemporaine, et qui porte une attention particulière au pouvoir mafieux en Sicile. L’idée de départ est de raconter le débarquement des Alliés dans le sud de l’Italie comme un moment clé du destin de non seulement la Seconde Guerre mondiale, mais aussi de la diffusion tentaculaire de Cosa Nostra.

Comédie sur fond historique, In Guerra per amore touchera très probablement un large public de cinéphiles curieux. Présentant une petite période de l’histoire sicilienne, le film nous raconte comment les Américains venus délivrer l’île du joug de Mussolini, finiront par donner des postes importants... à la mafia locale. Caricature appréciable et délectable de la société d’antan, In Guerra per amore multiplie les sujets nous faisant passer ainsi d’une charmante romance à l’arrivée des soldats italo-américains, fidèles aux valeurs de leur patrie... ou à leurs intérêts propres. Les personnages principaux sont savoureux et attachants, qu’il s’agisse des soldats ou des habitants et la tendresse est au rendez-vous dans cette petite heure trente de plaisir coupable. Les nombreuses touches d’humour distillées dans les dialogues et les saynètes comiques dédramatisantes font du film de Pierfranscesco Diliberto une comédie savoureuse qu’on prendra plaisir à revoir.

F.M.