Avant la fin de l'été

Maryam Goormaghtigh - Suisse, France - 2017 - vost - 80' - Couleurs - Numérique

Après 5 ans d’études à Paris, Arash ne s’est pas fait à la vie française et a décidé de rentrer en Iran. Espérant le faire changer d’avis, ses deux amis l'entraînent dans un dernier voyage à travers la France.

Critique

Trois jeunes Iraniens sur les routes du Roussillon. C'est le point de départ minimaliste de ce road-movie flâneur qui s'est inventé en chemin, entre documentaire et fiction. Après ses études à Paris, Arash décide de repartir vivre en Iran. Le temps d'un été, ses deux amis tentent de le faire changer d'avis. Riche de trois nationalités (française, suisse, belge) et de mère iranienne, la réalisatrice s'inspire largement de la vraie vie de son trio d'acteurs, sur lequel elle pose un regard d'une infinie tendresse. Comme tous les garçons de leur âge, leur préoccupation principale consiste à draguer les filles qu'ils croisent au café, au camping ou à la fête foraine. Autant de scènes archétypales qui étonnent, ici, par leur humour et leur inhabituelle douceur. Aucune tension, ou presque, entre les trois compères d'origine étrangère et les touristes ou autochtones curieux de leur culture, avec qui ils parviennent à échanger plus que les banalités d'usage. Les paysages des Corbières, souvent saisis dans une belle lumière crépusculaire, sont filmés avec la même empathie que les personnages qui les traversent. Par sa sincérité et sa mélancolie, ce carnet de route évoque le cinéma buissonnier de Jacques Rozier. Ou un cousin persan du Plein de super d'Alain Cavalier.

Jérémie Couston, Télérama