Rendez-vous avec la peur

Jacques Tourneur - Royaume-Uni - 1957 - vost - 95' - Noir et Blanc - 35mm

Après la mort brutale du professeur Harrington, l’éminent docteur américain John Holden, se rend à Londres à la demande de la fille de la victime pour enquêter sur les circonstances étranges de cette disparition. Persuadée que son père lui a été enlevé par une puissance démoniaque, la jeune femme pousse Holden sur la piste du docteur Karswell, un spécialiste des sciences occultes…

La séance du 5 septembre à 21h15 est précédé d’un café cinéma à 19h, en présence d’Edouard Waintrop, proposé par l’Association des Amis des Cinémas du Grütli. 

Critique

A tous les niveaux nous sommes ici en face d’un film majeur de Jacques Tourneur. Comme dans Stars in My Crown, le Franco-américain oppose un personnage rationaliste à des phénomènes qui le dépassent. Mais ici c’est le héros qui est sceptique et qui va devoir remettre en cause ses certitudes. Au niveau du style, Tourneur a réussi à renouer, treize ans plus tard, avec la veine RKO-Val Lewton, qui l’avait vu accéder au sommet. La peur, une peur ancestrale, est véritablement le sujet du film. La photo admirable de l’Anglais Ted Scaife n’y est pas pour rien. Comme d’ailleurs le talent de Dana Andrews, acteur tout en nuances et en intensité que Tourneur retrouve plus dix ans après Canyon Passage … A noter qu’ici comme toujours, Tourneur, fidèle à son esthétique, ne voulait pas montrer son diable. Une volonté que le producteur, qui ajouta un monstre de pacotille, ne respecta pas. C’est peu de dire que Tourneur en fut chagriné…

Edouard Waintrop

Projeté dans le cadre de

Du 23 Août 2017 au 12 Septembre 2017
Un génie discret
Si la filmographie de Jacques Tourneur parait aujourd'hui éclairer le firmament hollywoodien comme un astre pur, sa carrière mit du temps à décoller… Le fils de Maurice Tourneur, autre cinéaste d'importance, commença par faire tous les métiers à Hollywood et à Paris avant de diriger en France que