The Leopard Man

Jacques Tourneur - Etats-Unis - 1943 - vost - 65' - Noir et Blanc - Numérique

Un leopard, que l’on croit domestiqué et qui est utilisé un peu imprudemment comme publicité, s’échappe. Il tue une jeune fille et sème la panique dans une petite ville jusque là endormie du Nouveau Mexique. Mais est-ce bien le fauve qui tue… ?

Critique

Adapté de Black Alibi, écrit par le grand romancier Cornell Woolrich, plus connu sous son pseudo de William Irish (un auteur adapté au cinéma par Hitchcock, François Truffaut, Jean Delannoy, Ralph Habib, Robin Davis…), L’homme Leopard n’est peut être pas aussi époustouflant que La Féline ou Vaudou (I walked with a Zombie). On y sent pourtant encore une fois la patte de ces deux génies que furent Val Lewton, le producteur créateur, le magicien de la RKO, et Jacques Tourneur. L’histoire racontée est simple et la mise en scène de Tourneur parie encore une fois sur le hors champ, le silence, les ellipses et les ombres, et sur le travail de son chef opérateur Robert De Grasse. C’est peu de dire que l’atmosphère ainsi céée est oppressante.

« Dire que Tourneur accorde une immense importance à la photographie, à ses rapports avec l’émotion du film, relève du lieu commun. », écrivent Coursodon et Tavernier dans 50 ans de cinéma américain. 

Edouard Waintrop

Projeté dans le cadre de

Du 23 Août 2017 au 12 Septembre 2017
Un génie discret
Si la filmographie de Jacques Tourneur parait aujourd'hui éclairer le firmament hollywoodien comme un astre pur, sa carrière mit du temps à décoller… Le fils de Maurice Tourneur, autre cinéaste d'importance, commença par faire tous les métiers à Hollywood et à Paris avant de diriger en France que