Une femme fantastique / Una Mujer fantástica

Sebastián Lelio - Chili, Allemagne, Espagne, Etats-Unis - 2017 - vost - 105' - Couleurs - Numérique

Marina est transgenre et Orlando a vingt ans de plus qu’elle. Ils s’aiment loin des regards et se projettent vers l’avenir. Lorsqu’Orlando meurt soudainement, Marina subit l’hostilité des proches du défunt : une «sainte famille» qui rejette tout ce qu’elle représente. Marina va se battre, avec la même énergie que celle dépensée depuis toujours pour devenir la femme qu’elle est : une femme forte, courageuse, digne ... une femme fantastique!

Critique

Esprit d'Almodóvar, es-tu là ? L'univers du cinéaste espagnol semble sans cesse cité dans ce film tourné à Santiago du Chili. Parce que c'est le portrait d'une femme flamboyante, Marina, qui a encore la carte d'identité de l'homme qu'elle était mais porte fièrement ses robes moulantes. Avec ce personnage et son étonnante interprète, Daniela Vega, Sebastían Lelio nous entraîne dans un monde singulier et libre, affranchi de références. Un curieux vide en est le centre : le quingénaire Orlando meurt et, dès lors, tout tourne autour de lui. Il laisse Marina, la femme qui l'aimait. Mais c'est sa première épouse, très pincée, qui prend les commandes des funérailles, pour laver l'honneur de la famille, perverti par cette « transgenre ».

Ces ingrédients rendaient un mélodrame possible, autant qu'une comédie. Mais il s'agit surtout d'explorer un flottement, ce temps incertain pendant lequel Orlando semble encore vivant, même mort, et Marina presque morte, même si elle est vivante. Le réalisateur fait corps avec elle, comme déjà avec l'héroïne de son précédent film, Gloria(2014), et cette union sacrée rend tout possible. Dans une boîte de nuit, un moment de solitude mélancolique débouche soudain sur une chorégraphie disco, joyeuse comme une renaissance. La dureté d'un cauchemar éveillé et la fantaisie se mêlent. Marina incarne formidablement cet entre-deux. Entre deux sexes, deux identités, elle va de l'avant. Chanteuse de cabaret, elle se forme à l'art lyrique, elle chemine. Face à la vie qui s'arrête, elle est mouvement, au fil d'une trajectoire émouvante et d'un film audacieux.

Frédéric Strauss, Télérama

 

Projeté dans le cadre de

Du 18 Novembre 2017 au 28 Novembre 2017
L'un des plus grands rendez-vous du cinéma latino-américain en Europe prend à nouveau ses quartiers aux Cinémas du Grütli! > Site du festival