Barbarella

Roger Vadim - France - 1968 - vost - 98' - Couleurs - Numérique

En l'an 40 000. Sur ordre du président de la Terre, la jeune Barbarella doit retarder ses vacances sur Vénus pour tenter de retrouver et d'arrêter le redoutable professeur Durand-Durand, qui vient de mettre au point une arme effroyable : le rayon positronique, aussi appelé «polyrayon 4», qui met en danger l'équilibre de l'amour universel. Un atterrissage forcé sur Lytheion vaut à Barbarella d'être capturée par deux gamines qui la livrent à des poupées-robots. La jeune femme est sauvée par l'intervention de Mark Hand. Elle apprend en outre que Durand-Durand se trouve sur la planète Sogo, sur laquelle son appareil s'écrase. La malheureuse tombe entre les griffes de la féroce Reine noire...

Critique

Après Et dieu créa la femme, ce n'est pourtant pas la Bardot super-woman de Gainsbourg que Roger Vadim invite dans son adaptation de la bande dessinée érotico-soft, Barbarella. Jane Fonda, sa nouvelle conquête de l'époque, sera celle qui prendra les traits en 1968 de l'héroïne inter-galactique créée par Jean-Claude Forest, et qui, d'aventures en aventures, sauvera l'univers de la menace d'une nouvelle arme destructrice: le Polyrayon 4. Sommet du kitch pour certains, objet de culte pour d'autres, Barbarella est le film de Jane Fonda. De tous les plans, de toutes les positions, elle ballade sa moue boudeuse et ses yeux amusés d'un coin à l'autre de la galaxie (...) 
Si Vadim est bien le réalisateur, c'est sa femme qui tient le film.

Fabien AlloinIl était une fois le cinéma

Projeté dans le cadre de

Du 26 Juillet 2017 au 15 Août 2017
Au delà des apparences
Fille de Henry Fonda… certes mais très vite Jane Fonda avant tout...