Vincent

Christophe Van Rompaey - Belgique - 2016 - vost - 123' - Couleurs - Numérique

Vincent, 17 ans, est un militant écolo passionné. Pour sauver l’humanité et arrêter définitivement de polluer, il a trouvé LA solution responsable et généreuse: le suicide! Mais son sacrifice révolutionnaire va rencontrer un obstacle de taille : Nicole (Alexandra Lamy), sa tante un peu fantasque. Quand elle découvre le projet de son neveu, elle se met en tête de le sauver et lui redonner de l’espoir.

Huit ans après son film Moscow, Belgium, primé trois fois au Festival de Cannes 2008, Christophe van Rompaey revient avec une tragi-comédie savoureuse.

Pour la première projection du film, le mercredi 16 août à 19h00, une dégustation de bières belges est offerte à la suite du film! Une barraque à frites a même fait le voyage depuis Liège pour fêter la sortie de ce délicieux film venu tout droit du plat pays. 

           

Critique

Anvers, un beau soir de printemps. Dans une atmosphère détendue débute le tournage de Vincent et la fin du monde, nouvelle collaboration entre le réalisateur flamand Christophe Van Rompaey et le scénariste Jean-Claude van Rijckeghem (Moscow, Belgium, leur dernier film commun avait remporté quinze prix sur différents festivals, dont trois à la semaine de la critique à Cannes en 2008). Au casting, des acteurs belges, comme Spencer Bogaert dans le rôle principal, Barbara Sarafian (Bullhead, Moscow, Belgium) et Geert Van Rampelberg (prochainement dans La Tierra Roja de Diego Martinez Vignatti), mais aussi la française Alexandra Lamy, dans le rôle féminin principal.
Vincent et la fin du monde, c’est un road movie entre France et Belgique sur fond de préoccupations écologiques. Vincent, 17 ans, veut sauver le monde. La planète est en danger et tout le monde doit le savoir. Pour alerter l’humanité et arrêter définitivement de polluer, une solution radicale : le suicide… Sur sa route se glissera toutefois un obstacle de taille : une tante, incarnée par Alexandra Lamy, qui se mettra en tête de le sauver de cette mauvaise passe. Ils feront alors une sorte de voyage initiatique en famille afin de se retrouver.
« Mon personnage n’est pas très stable non plus, explique Alexandra Lamy.Elle est beaucoup dans la représentation, très parisienne, et en même temps elle ne va pas très bien. Elle décide de retrouver les racines familiales mais elle n’est pas très bien reçue par sa sœur (Barbara Sarafian, la mère de Vincent, NDRL). Pour un peu l’emmerder, elle emmène donc son neveu dans ce voyage un peu fou. Elle sent qu’il y a un lien avec lui, quelque chose de commun. C’est la première fois qu’elle a la sensation de pouvoir aider quelqu’un mais en même temps je pense qu’elle a un peu trouvé son totem et qu’ils s’aident l’un l’autre. »

Gaëlle Moury, Le Soir