Let's Get Lost

Bruce Weber - Etats-Unis - 1988 - vost - 120' - Noir et Blanc - 35mm

Documentaire sur la vie de Chesney Henry Baker, dit Chet, le chanteur et trompettiste de jazz le plus beat, celui donc qui avait le sens du rythme, de l’amour et une inclination pour la drogue emmêlés comme dans un poème de Jack Kerouac. Des interviews de Chet, de ses amis, de ses proches et des aperçus filmés de sa vie quand il était une star d’une beauté du diable jusque peu avant sa mort cette même année 1988 … The Thrill is Gone. 

Critique

Le film de Bruce Weber rend bien cette vie brisée de cet artiste sublime, qui slalomait entre le statut de star et l’aide sociale. Au finale un beau portrait du plus grand musicien cool (avec Miles Davis, Lee Konitz, Art Pepper…)

Edouard Waintrop 

Peu avare de son temps, de son argent et de ses mensonges pour signer un film à la hauteur de ses fantasmes, Bruce Weber a accompagné le trompettiste drogué dans la « ballade » poignante et pathétique de ses derniers mois. Let's get lost était au montage quand on a trouvé le corps sans vie de Chet Baker. L'éclat funèbre de cette actualité en fait un film unique sur le mythe du « loser magnifique ». Et les mélodies restent — My funny Valentine, The thrill is gone... Chet Baker est le plus beau fantôme qui pouvait nous apparaître.

Laurent Rigoulet

Projeté dans le cadre de

Du 16 Août 2017 au 22 Août 2017
Le jazz et le cinéma sont deux arts cousins qui ont fréquenté à leurs débuts les mêmes lieux de perdition ou presque… Evidemment tout a changé depuis : le cinéma et le jazz se sont civilisés, sophistiqués (voir Whiplash, le jazz dans une haute école).