Le Sel de la terre

Wim Wenders, Juliano Ribeiro Salgado - Brésil, France - 2014 - vost - 110' - Couleurs - Numérique

Wim Wenders, admiratif du travail du photographe brésilien Sebastião Salgado, décide de dédier un documentaire à cet observateur de la nature humaine. Inlassablement, depuis plus de quarante ans, Salgado a parcouru le monde et photographié, exclusivement en noir et blanc, les conflits, la famine, l'exode. A la demande de Salgado, Wenders l'accompagne sur «Genesis», un projet pharaonique sous forme d'hommage aux civilisations inconnues, dans lequel le photographe part à la découverte de territoires vierges aux paysages somptueux, du désert algérien à la péninsule du Kamchatka, en pasant par les îles Sandwich du Sud...

Critique

C'est une photo du jeune Sebastião Salgado : dans une mine d'or brésilienne, des grappes humaines, comme accrochées au vide, escaladent une longue pente avec, sur le dos, des sacs pleins de terre, ou d'or, qui sait. On dirait une image extraite d'Aguirre, la colère de Dieu, le vieux film de Werner Herzog. Wim Wenders est son contemporain. Comme lui, il a saisi, dès ses premiers films, le vide (Au fil du temps) et l'effroi de ceux qui l'affrontent (Alice dans les villes). Lorsqu'il découvre le cliché de Salgado, il y a de nombreuses années, il l'achète immédiatement, il tente de retrouver l'auteur, le rencontre, l'apprivoise, s'en fait un ami. C'est, donc, un alter ego à qui il rend hommage, aujourd'hui, dans ce documentaire : à un voyageur, à un aventurier, à un découvreur qui, aussi bien que lui, sait exalter et manier l'espace. A plusieurs reprises, avec tendresse, il filme le visage de son vieux copain qui se projette sur ses clichés d'autrefois. Est-ce pour nous en signaler quelque beauté secrète ou parce qu'il découvre, soudain, en cet instant, un détail oublié ? Que viennent faire ces chaussures, par exemple, dans cette échoppe de cercueils de l'extrême nord brésilien ?... Aidé par le fils du photographe, Wenders suit (…) la carrière de son ami, de son exil après l'instauration de la dictature dans son pays natal jusqu'à nos jours. Les albums se succèdent, ainsi, fruits de longs efforts : ceux sur l'Amérique latine, le Sahel ou les exodes forcés des populations opprimées... La force de certaines photos saisit : cet enfant brésilien, décédé avant son baptême et qu'on porte donc en terre les yeux ouverts pour lui éviter de se perdre à jamais dans les limbes. Ou ce père, en plein génocide du Rwanda, qui jette son petit garçon sur un tas de corps, tous morts... Sebastião Salgado semble constamment opposer la beauté de la nature aux efforts inouïs des hommes pour l'anéantir. S'autodétruire. Et la sérénité du regard de Wenders laisse espérer, sans trop y croire, que le Mal, un jour, sera vaincu par le Beau... (…)

Pierre Murat, Télérama

Projeté dans le cadre de

14 Octobre 2017
Nocturne de la photographie 2017
Tout au long d’une soirée prolongée, le public pourra découvrir de nombreuses projections photographiques à l’Alhambra, aux Cinémas du Grütli, à Fonction:cinéma, au MEG, au BAC (Le Commun, Salle de projection du BAC et entrée médiathèque du FM