Facebook

Twitter

Newsletter

Tu ne tueras point

Mel Gibson - USA, Australie - 2016 - vost - 131 min. - Couleurs

Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer.

Critique

Dix ans après son krach médiatique suite à ses saillies antisémites, Mel Gibson semble amorcer une campagne de réhabilitation. Revenu devant la caméra de Jean-François Richet (Blood Father, série B mineure dans laquelle il incarnait un vieux phénix cabossé), l’ancien maudit d’Hollywood enfile cette fois-ci la casquette de cinéaste avec Tu ne tueras point, sa première réalisation depuis le controversé mais successful ApocalyptoInspiré d’une histoire vraie, le film dresse le portrait de Desmond Doss, un jeune membre de l’Église adventiste du septième jour, qui s’enrôla dans l’armée US en 1942, tout en refusant, par conviction religieuse, de porter des armes. Humaniste, antiraciste et même antispéciste, ce bidasse désarmé rejoint la liste des héros-martyrs qui peuplent le cinéma de Mel Gibson, des hommes au cœur pur autour desquels le monde se déchire. Littéralement.

Romain Blondeau, Les InRocks