LENINGRAD COWBOYS GO AMERICA

Aki Kaurismaki - Finlande - 1989 - vost - 77 min. - Couleurs

Quelque part dans la toundra, le plus mauvais groupe du monde interprète une chanson cosaque devant un imprésario consterné qui ne leur promet aucun avenir. Les Leningrad Cowboys décident malgré tout de partir pour l’Amérique…

Critique

Ce petit film insolite, où le non-sens se mêle à la parodie, où l'esprit du vagabondage supplante ce qu'on considère habituellement comme les règles de la fiction, ne relève pas de la même démarche que celle des films qui ont fait connaître Aki Kaurismaki en France. II s'oppose tout particulièrement aux deux films précédents, Ariel et La fille aux allumettes, mais renoue avec le ton d'un de ses premiers films, Calamari Union (1985). Extrêmement succincte dans ses dialogues, cette odyssée d'un groupe de rock particulièrement peu doué procède d'une succession abrupte de scènes dont la continuité est le dernier souci (cinématographique). Le grotesque et la bouffonnerie l'emportent sur les gags, ces derniers ayant du moins le mérite de la logique. Sur un faux rythme, ou sur un rythme lent qui déconcerte, ces musiciens minables et leur manager despotique se trouvent décalés en permanence par rapport aux gens qu'ils rencontrent, aux paysages qu'ils traversent, aux musiques qu'ils croisent dans cette œuvre laconique, originale, déroutante, et d'un humour froid un peu à part.

Daniel Sauvaget

Projeté dans le cadre de

Du 15 février 2017 au 9 Mars 2017
Comédies et nostalgie
Le cinéaste finlandais Aki Kaurismaki aura soixante ans cette année et son dernier film The other side of Hope, a reçu la Prix de la mise en scène à la Berlinale cette année. Deux bonnes raisons pour rendre un hommage appuyé à ce cinéaste poète e